05 juillet 2006

Un dinosaure, enfin, un bébé dino, le dernier des dinos, enfin, le dernier connu des dinos, enfin le dernier des dinos connus. Mais comme le disait la fée Morgane à Arthur, le roi de la radio, on s'en masse. Et encore, a trois mains. puisqu'il en faut une pour tenir le micro. Les enfants et moi nous avions décidé de faire face aux changements bizarres de notre environnement. j'ai cherché dans le page d'or. Oui, chez nous, pas d'annuaire, mais un petit page, en tenue dorée, il fallait ouvrir sa veste de service pour trouver un numéro. J'ai cru comprendre que nous étions en quelque sorte des privilégiés parce que certains de nos voisins avaient des pages blancs, certes, mais fort irrascibles, ce qui rend les recherches complexes. Donc, dans notre page d'or, qui ce matin là venait de se lever, d'un bon pied d'ailleurs, ce qui facilite les recherches. Ah, ben, oui, parce que parfois le page est facétieux et se cache dans une armoire à linge ou sous le lit. Bref, nous avons cherché une entreprise de déboisage. Dans ce pays étrange où ma fille nous a conduits sans rien me demander, les animaux proposaient leurs services. Pour le déboisage, il y a avait plusieurs compagnies de castor pour le travail rapide, mais pas très propre, et des termite, pour plus de netteté, mais lentement. Vu la vitesse prise par la maison pour reculer, il fallait agir vite. Vraiment vite, sans dec Georgette. La société Marcel TRemblay de l'île aux Coudres nous semblt la meilleure. Evidemment, comme le disait le Docteur Schweitzer à sa bonne le soir à Lambaréné, au début ça surprend. Des castors avec des chemises de trappeur a carreaux rouge et noir avec l'accent de Chikoutimi, c'est un truc peu courant sous nos latitudes alternatives. Ici, une troupe de 2à bestiaux en folie qui se ruent sur les arbustes de la fin du jardin, c'est du délire. Le problème majeur du castor c'est qu'il a une haleine de mouflon, et que, bizarrement, cela attire les jeunes dinosaures. Denver tournait sans arrêt autour du troupeau. Il s'en est fallu de très peu pour qu'il ne finissent en contreplaqué de dino. Mais la petite veillait au grain. En trois jours, les castors avaient dégagé une aire de près de trois hectares. La maison a cessé son mouvement. Et ça, c'était déjà une bonne nouvelle. Enfin un truc presque normal. pffffff !

Posté par labergere à 23:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Un dinosaure, enfin, un bébé dino, le dernier des

Nouveau commentaire